Il y a deux tendances lourdes dans la science-fiction de ces dernières années : l’uchronie, qui développe des passés et des présents alternatifs, et la réactivation des mythes (dieux, légendes, superhéros – cf. par exemple le métaréflexif Livre de toutes les heures d’Hal Duncan, Chronic’art #49). Serge Lehman, dont nous parlions ici, a bien capté ces tendances, et s’en fait l’écho dans La Brigade Chimérique, qu’il scénarise avec Fabrice Colin. Dans la lignée des Watchmen et d’American gods (Neil Gaiman), entre autres, il s’interroge sur le degré de réalité que contiennent les mythes, et sur l’influence qu’ils exerceraient s’ils étaient davantage qu’un produit de l’imagination – des êtres de chair.

Car les mondes fictifs sont des mondes possibles, et l’existence de récits qui les rapportent leur donne un certain coefficient de réalité. Même s’ils n’ont pas été actualisés, ils existent à la marge du monde réel, dans des branches temporelles parallèles. L’uchronie (« l’autre temps ») consiste à les parcourir. Mettons que, dans un certain pli de la réalité, le docteur Mabuse existe. Dans un autre, c’est Superman. Dans un autre, Doc Savage, Fantômas, ou le Passe-Muraille de Marcel Aymé. Dans un autre encore, ils existent tous à la fois. Dans un pli, les nazis n’accèdent pas au pouvoir ; dans un autre, ils le font, mais Hitler n’existe pas. Pas plus que Mussolini, Franco, Staline, ou Roosevelt, bien que le rapport de force soit exactement le même. Quelque part à la lisière du monde que nous connaissons, il y en a un qui lui ressemble, et qui n’a rien à voir.

C’est ce type de fantaisie, improbable mais cohérente, irréelle mais réaliste, que parcourt La Brigade chimérique. Dans un Paris de 1939 au bord de la guerre, Frédéric et Marie Joliot-Curie dirigent l’Institut du Radium, qui accueille les victimes d’armes chimiques et radioactives de la Grande Guerre ; des mutants aux capacités inouïes, dont le monde ne sait que faire. Ces rejetons de la « superscience », qui bouleverse notre maîtrise de la matière et s’apprête à accoucher de la bombe A, posent la question du statut des surhommes : doivent-ils se mettre au service de l’humanité, et défendre un idéal de justice ? Ou se réunir et couper les ponts avec le stade inférieur de l’évolution, pour inaugurer une nouvelle ère historique ? La querelle entre le Professeur Xavier et Magnéto a quelque chose d’intemporel.

La Brigade chimérique est une excellente « BD-feuilleton », très marquée par les pulps et les histoires de super-vilains des années 30, qui bénéficie du remarquable travail d’illustration de Gess, influencé pour sa part par Mike Mignola (Hellboy). On fera tout de même un petit reproche : l’ensemble est trop court, au vu de la richesse du récit. On n’a pas encore tout lu (la fin paraîtra en février 2010), mais il semble évident que beaucoup de pistes ne seront pas explorées, faute de place. Peut-être les auteurs veulent-ils en faire trop ; Cagliostro, Marie Curie, le golem de Prague, Superman, CG. Jung, l’Homme-élastique, André Breton, on en passe, dans le même volume, c’est beaucoup – et c’est frustrant quand on ne s’y arrête pas. On aurait pu rêver, avec un tel potentiel, d’une sorte de somme, de saga immense, à la Watchmen justement. Un projet éditorial fou, enflé, suicidaire. On se contentera d’une raisonnable réussite.

Article précédentClones
Prochain articlePhilippe van Leeuw : une pure logique de « survival »