PARTAGER
3
sur 5

Qu’est-ce qui se cache sous ce titre un peu long dans lequel il est question de médecine ? Des créations artistiques russes actuelles dont l’élan fut donné, à la fin des années 80, par l’Inspection herméneutique médicale et poursuivi, très rapidement, par de nombreux autres artistes. Ces créations se penchent plus particulièrement sur l’étude de pratiques, de références, de signes qui constituent une société et sa culture. L’exposition se divise alors en différents champs de réflexions qui, pour aussi théoriques qu’ils semblent être, n’en donnent pas moins des réalisations très vivantes (au premier sens du terme puisque des poules en cage attendent le visiteur au premier étage du bâtiment) s’inscrivant souvent dans le cadre de l’installation ludique.

L’Enfance éternelle met l’accent sur l’iconographie et les pratiques sociales qui envahissent le monde de l’adulte et maintiennent ce dernier dans l’enfance. La suite semble nous dire que l’éternité de la jeunesse ne dure qu’un temps et l’on se retrouve dans La Pharmacie où la maladie, l’angoisse et la mort planent malgré tout ce que peuvent apporter médecine et chimie. La logique du parcours nous entraîne alors vers des solutions plus métaphysiques, concentrées dans la figure de L’Icône dont les capacités à guérir ou du moins à soulager peuvent s’apparenter à l’usage des médicaments.

Si Le Froid est également abordé, ça n’est peut-être pas un hasard : les images qui l‘évoquent s’apparentent également à l’idée que l’on se fait de la Russie et des pays de l’Est, les étendues blanches, les patins à glace, etc. Ce développement autour du thème du froid se confond un peu -et se complète aussi- avec celui du Terrier, à la fois protection mais aussi mise en évidence de la propriété individuelle. De la propriété individuelle aux Etats-Unis il n’y a qu’un pas que l’on franchit aisément grâce au Roman policier dont l’esthétique et les thèmes se trouvent développés notamment dans des séries photographiques. Finissons enfin par L’Animalisme où l’humour trouve largement sa place : citons seulement une installation permettant d’entendre le rire de quelques insectes.