PARTAGER
0
sur 5

Cette exposition sous-titrée « Poupées Hopi et Zuni dans les collections surréalistes et alentour » rassemble environ 150 poupées et masques ayant appartenu aux Surréalistes (Breton, Camacho, Duchamp, Ernst…) et proches (Lacan, Lévi-Strauss, Malraux…). Poupées votives distribuées aux enfants lors des cérémonies rituelles au cérémonial élaboré, ces objets étaient accrochés dans les demeures et servaient à l’éducation religieuse des enfants. Les Indiens Hopi et Zuni sont installés dans le Sud-Ouest désertique des États-Unis. Leur culture est très ancienne puisque les fouilles archéologiques font remonter l’origine des Zuni à la préhistoire et que le site Hopi d’Oraibi est habité depuis 1150 av. JC. Bien avant l’arrivée des Espagnols, ces peuples avaient développé une religion élaborée qu’ils ont toujours préservée. Leur panthéon complexe est peuplé d’Esprits, les Kachina, qui reviennent régulièrement, pendant une moitié de l’année, visiter les humains avant de regagner le royaume des Morts. Ils sont représentés par des Initiés qui, en revêtant le costume de la Kachina, deviennent Kachina et sont investis de ses pouvoirs. Par extension, les poupées rituelles portent aussi ce nom. Ces objets chargés de spiritualité et de rêves sont très émouvants. Les plus anciennes poupées sont de simples morceaux de bois, dont le corps conserve des traces de pigments. La tête est un rectangle peint en rouge, avec les yeux triangulaires peints en noir, un trait de scie horizontal délimite le cou. Les plus récentes sont très colorées, en plein mouvement.
Mastop « la Mouche-qui-tue » (illustration) orné de mains blanches, symboles du Clan de l’Ours, paraît inquiétant Mais sa danse, qui simule la copulation avec toutes les femmes qu’il rencontre, est un rituel de fertilité qui permettra la survie du peuple Hopi. Il n’apparaît que dans Oraibi, le dernier jour du cycle sacré. Pour préserver leur religion, Zuni et Hopi sont amenés à interdire certaines cérémonies au public et, Oraibi, le village de la troisième Mesa, est interdit aux Blancs. Vous n’aurez donc plus jamais l’occasion de revoir Mastop.