PARTAGER
0
sur 5

Le Centre Georges Pompidou ayant fermé ses portes jusqu’à la fin de ce millénaire pour faire peau neuve, ses collections s’exposent non seulement à Paris (Galerie du jeu de Paume et Musée d’Art moderne de la Ville) mais aussi en province. Ainsi deux cents œuvres de la collection du Cabinet d’art graphique du Centre sont présentées au Carré d’Art, le musée d’art contemporain de Nîmes. L’exposition Au fil du trait, de Matisse à Basquiat aborde le dessin par le biais de sept thèmes : la nature, le portrait, l’érotisme, la lettre, l’absolu, la douleur et la joie.
Des œuvres très diverses se côtoient donc indépendamment de l’époque (comprise, quand même, entre 1906 et 1996), du style, des techniques utilisées, des formats et des desseins. Ainsi peut-on voir des travaux de recherches, des œuvres abouties ou des croquis pris sur le vif. Ceux de Léon Delarbre, volés à l’horreur des camps, sont réalisés sur des bouts de feuilles récupérés, on le suppose, çà et là; bribes de vérité, nécessaires, vitales… Dans la salle de la joie, les personnages de Chaissac, eux, prennent de l’espace ; ils explosent par leur grandeur, leur gaieté, leurs couleurs et leurs assemblages de papiers peints. Car, si traditionnellement, le dessin a tendance à se cantonner au crayon, au fusain ou à la plume, ici Matisse dessine à coups de ciseaux, Hausman utilise la lettre, calligraphiée et typographique. Marlène Dumas, quant à elle, dans sa série Mixed Blood (Sang Mêlé) , travaille l’ombre et la lumière par la tache; sa technique, extrêmement fluide, semble laisser fuser la peinture au risque de déformer les visages, aux modelés pourtant très justes.

Le parti pris par le conservateur (qui privilégie un classement par thème plutôt que chronologique) permet, certes, des confrontations de dessins souvent audacieuses. Cependant, si on apprécie une présentation très sobre (cadres en bois clairs, murs blancs), le thème de chaque salle pourrait simplement être inscrit à l’entrée de celle-ci; le visiteur non averti aurait peut-être moins le sentiment que quelque chose lui échappe dans l’organisation de l’exposition et serait plus disponible pour apprécier ces œuvres qui sortent si rarement de leur pénombre protectrice.

Au fil du trait, de Matisse à Basquiat, jusqu’au 27 septembre 1998
Carré d’Art, Musée d’art contemporain de la Ville de Nîmes
Place de la Maison Carrée, Nîmes
Renseignements : 04 66 76 35 35