PARTAGER
3
sur 5

Un édito, perdu depuis bien longtemps dans le chaos des liens html, parlait de l’esprit de compilation. Dans un élan fustigeant avec militantisme cet esprit qui veut que l’on recycle la « marchandise marchande », notre brave journaliste mettait en avant l’étonnante capacité qu’ont les majors et autres supermarchés sonores d’amortir à l’infini la même matière musicale formatée teen ou oldies. Si Q-Tape épouse la forme de compilation d’artistes, la philosophie sous-jacente est elle totalement différente. Plutôt que d’user une fois de plus des mêmes titres nauséeux, la direction artistique a donné dans le tout-indépendant, au risque de sacrifier sa notoriété, oubliant même la guest-star souvent salvatrice dans ce genre d’exercice. Le tout, bien sûr, donnant dans le post-rock et l’electronica, minimale de préférence.

Quatorze titres se suivent et s’assemblent sans heurts. Non pas une ennuyeuse uniformité mais une communion de couleurs musicales qui lie des compositions à dominante atmosphérique. Les plus aguerris reconnaîtront sans doute quelques noms glanés au hasard des pages de fanzines plus ou moins confidentiels (Melmac, Cinema, Milano, Orange Cake) ; les moins avertis prendront Q-Tape comme un grand tout cohérent, aux variations infimes. Post-rock et electronica induisent un retrait et une propension pour l’anonyme. Démonstration discrète sous forme de glissement progressif de drones ouatés. Si les mélodies sont légères et éphémères, quelques projets se noient à trop vouloir donner dans le lo-fi tendance electro. Les faux-pas, signés Micromars et Club8, versent dans du sous-Godard made in Akai. Les projets plus rock (Melmac, Orange Cake) se rattachent à un son Tortoise au ralenti, bref du post-rock sous Tranxène qui séduit par sa sobriété et son détachement. Sonorama et Cinéma produisent quant à eux une electronica proche des maîtres anglais, Scanner et l’école Sulphur en tête. L’ensemble reste délibérément cinématique et ambiant, un papier peint musical ultime. A la croisée du divertissement underground et de la lounge clinique, la compilation Q-Tape propose un panorama anonyme des dernières productions en matière de non-touch musicale.