PARTAGER
5
sur 5

Excellente initiative que celle du label néerlandais Basta de rééditer deux des disques les plus étranges et plus rares jamais enregistrés. David Bowie et John Zorn en sont fans, parmi tant d’autres, et l’on comprend aisément leur intérêt à l’écoute de ce CD qui rassemble deux LPs tirés à 300 exemplaires chacun. Enregistrés en 1976 et 1977, sous l’égide d’Hans Fenger, guitariste de rock devenu prof de musique malgré lui, dans la Bible Belt canadienne, ces morceaux révèlent le caractère intemporel de la musique pop.

« Plus c’est local, plus c’est universel » disait Renoir. En effet, 60 enfants des trois écoles rurales dont s’occupait Fenger ont enregistré dans un trop vaste gymnase, c’est ici la seule limite sonore de ce disque, les plus belles hymnes pop des années 60 et 70. Logiquement, ce sont les compositions de Brian Wilson, chanson d’éternels enfants californiens dont In my room reste le Mont Rushmore, qui tiennent ici le haut du pavé, chantées de manière angélique par des voix pures comme le diamant. Au total, 21 compositions, souvent élégiaques, parfois désespérées -on pense ici à la sublime version de Space oddity et à la batterie enthousiaste d’un garçonnet aussi éberlué que le Major Tom, ou bien encore à Desperado des Eagles, chanté avec toute la foi d’une fillette de 9 ans, sans que le caractère funeste de la chanson ne prenne le pas sur la pureté propre à l’enfance-, qui incarnent l’essence même de l’expression pop, transcendée allègrement par les enfants du district de Langley. Et l’on ne parle même pas des versions incroyables, symphonies spectoriennes de gymnase, de Good vibrations, God only knows ou Band on the run, chantées et interprétées avec une croyance intangible en la musique pop comme cure de jouvence éternelle.

On ne peut que regretter que Mr Bertrand nous ait fait jouer des niaiseries au pipeau en lieu et place de ces enregistrements témoins de la culture populaire. L’innocence et le désespoir de ces sessions dans un gymnase du Canada Occidental restent les meilleurs vecteurs qui soient de la chose pop pure, universelle, ultime et enfantine.