PARTAGER
5
sur 5

A la tête de Handsome Boy Modeling School se trouvent deux figures majeures du hip hop actuel, ayant chacune à son actif un passé musical très intéressant. Le premier se nomme Dan Nakamura, plus connu sous le nom de Dan the Automator. Certains ont pu entendre quelques-unes des dernières productions de ce touche-à-tout, comme ACME du Blues Explosion, ou encore le brillantissime album de Kool Keith, Dr Octagon. Notre second homme, Paul Huston, se laisse plus communément appeler par son pseudonyme : Prince Paul. Il s’est tout d’abord fait connaître en tant que producteur de De La Soul, mais on peut aussi l’entendre dans la très bonne formation de RZA, (leader du Wu Tang Clan) : Gravediggaz… A la base de cette collaboration, un gros travail de production. So… How’s your girl ? est le point de rencontre d’une flopée beaucoup d’artistes différents. Tous ont été dirigés par Prince Paul et Dan the Automator. A la suite d’un UNKLE assez catastrophique*, Handsome Boy Modeling School reprend donc le même concept artistique, tout en laissant de côté les fautes de goût et la volonté de rapporter un tas de fric démesuré…

Parmi les invités de marque, on trouve d’ailleurs -comme s’il fallait se racheter ?- certaines têtes déjà présentes sur l’album de Mo’Wax, comme DJ Shadow ou encore Mike D des Beastie Boys. Les autres artistes présents sur le projet sont tout aussi intéressants : Miho Hatori (Cibo Mato), Grand Puba (ex-leader des Brain Nubian), Money Mark, Sean Lennon… La liste est longue, très longue. Mais l’important n’est pas là (la liste était longue aussi sur UNKLE) : d’un bout à l’autre de l’album de Handsome Boy, l’alchimie fonctionne parfaitement, dans tous les mélanges de styles -assez audacieux- ne se trouve aucune faute de goût. Ici, le spectaculaire ne prime absolument pas sur la qualité artistique des productions musicales…

On citera par exemple la terrible collaboration entre un Alec Empire sur-énervé et EL-P de Company Flow, signant un pur chef-d’œuvre de rap hardcore : Megaton B-boy 2000. Un morceau expérimental où les boîtes à rythme torturées de l’électronicien allemand se mêlent parfaitement à la voix saturée d’un EL-P nous balançant un flow incessant… Parallèlement à cet essai très novateur, Prince Paul et Dan the Automator nous ont aussi produit quelques chansons renouant avec les racines du hip hop : la soul music. The Truth, duo entre J-Live et Roisin Murphy de Moloko (dont le chant mélancolique se trouve ici peut-être plus à sa place que sur les instrumentaux électroniques de son groupe habituel…), est une ballade très proche de celles des Jb’s -lorsque Linn Collins s’emparait du micro pour nous bercer de sa voix chaude et apaisante…

Pour notre plus grand bonheur, les vieux démons de Dan the Automator se manifestent parfois sur quelques titres de l’album. Le plus flagrant reste Holy calamity (Bear witness II), où Dj Shadow et Dj Quest font ouvertement référence à Dr Octagon, en reprenant un de ses thèmes dans un mix typiquement « Invisible scratch Pklz » (le spectre de Dj Q-bert hante le morceau). A noter aussi, l’interlude Look at his face (Oh my God they’re gorgeous) qui, de par l’utilisation faite des boucles rythmiques et mélodiques, reste très proche d’un autre morceau de Kool Keith : Moosebumps. A se demander pourquoi ce dernier n’a pas été invité à participer au projet, dans lequel il aurait tout à fait été à sa place… Ne boudons pas notre plaisir, Handsome Boy Modeling School est un disque vraiment démentiel.

* dont la date de sortie coïncidait étroitement avec celle du rachat de Mo’Wax par Virgin -ce qui expliquerait pourquoi le label de James Lavelle ait sorti son premier album à visée ultra commerciale…