PARTAGER
4
sur 5

L’an dernier, lorsque l’album de Roni Size et son collectif était sorti, il avait fait sensation, même s’il n’utilisait pas les mêmes armes que Goldie, l’autre grand vulgarisateur -dans le bon sens du terme- de la drum’n’bass. New Forms agissait à retardement, de l’intérieur, après plusieurs écoutes, faisant sauter une à une toutes nos petites sécurités auditives. Replica sonne comme une nouvelle donne, puisque cinq morceaux de New Forms ont été confiés à diverses mains (Photek, Grooverider, DJ Krust, Kruder ou Bel Air), accompagnés de deux titres ne figurant pas sur l’album (Western et Electriks). Tout est sur ce disque remarquable : le travail fourni par chacun dans l’élaboration des remixes, mais aussi -et presque paradoxalement- l’unité qui se dégage de l’ensemble, malgré la diversité des apports. On retiendra une splendide version de Heroes par Kruder, qui a su insuffler à ce morceau assez cool une vie intérieure trépidante.
Photek, dans son style inquiétant si reconnaissable, s’en sort également à merveille. Brown paper bag sonne sec comme un coup de trique, et fait une parfaite bande son à un univers urbain froid et hostile. Grooverider rafle la mise avec son Share the fall implacable, sur lequel sont savamment dosés son énorme et esprit soul cybernétique. Le résultat : une œuvre à part entière qui est le digne complément de New Forms. Méfiez-vous des imitations, exigez Replica !