PARTAGER
5
sur 5

Départ en trombe pour Rocé avec ce premier album de choc. Découvert il y a quelques années par Dj Medhi et son label Espionnage (notamment grâce au morceau Ma face en première page), Rocé aka José Kaminsky délivre enfin son premier album (une livraison attendue depuis plusieurs mois). Ce qui frappe d’emblée dans Top départ, c’est l’authenticité des écrits. Cette galette préparée avec minutie pulse un perfectionniste de la rime, qui plonge son public au cœur d’un hip-hop intense du meilleur cru. Bercé par une âme appliquée, le jeune Kaminsky arrache inlassablement des mots qui sonnent juste, des vocables qui préoccupent (« Etre impur, ca rend populaire, c’est le pouvoir de l’éthique, putain voilà le message pour les gosses, un drogué en guise de boss, mais v’la le message pour nos boss, c’est de la jeunesse qu’ils se rapprochent…Plus de feeling »)…

Alors que beaucoup de productions hip-hop françaises se fourvoient dans un carcan formaté FM, Rocé nous offre une vision d’exception, canalise sa rage sans faire aucune concession. Avançant avec cervelle, posant ses rimes avec brio, il n’oublie pas d’écorcher prestement une communauté rap lézardée (« C’est des incultes, ils contrôlent le rap en tant que ex-rockeurs, et quand ça passera à autre chose à leur place, y’aura des ex-rappeurs »). Entouré de producteurs et Djs émérites (Dj Medhi, Ol Tenzano, Dave 1) et épaulé par son frère Dj Ismaël, José Kaminsky drope un disque parfaitement produit, paré d’instrumentaux aiguisés et surtout d’une plume qui tournoie sans cesse. Si certains morceaux se rapprochent de chansons à textes (Brel n’est pas loin sur On s’habitue), c’est que Kaminsky étale des sentences qui émergent d’un encrier débordant de sueur old school (Changer le monde ouvre l’album avec une basse funk exquise), d’érudition contrôlée (10/10 est un pamphlet inoubliable) et de visions préoccupées (Plus d’feeling ou le chagrin pensif). La façon qu’a cet artiste de percuter les rythmiques (Pire que la fiction) est aussi appréciable que sa forme d’écriture. Si l’on reconnaît la pâte de Dj Medhi (les synthés et voice-samples de Ricochets), c’est tout près que se pose le souffle exquis d’un jeune rappeur de 25 ans qui ne vit pas sur des rêves, mais qui veut les imposer (« Espérer sans rien faire, c’est voir l’espoir dégringoler, chacun pour soi, tous contre le sommeil que le système veut nous donner… »).

Avec cette première salve hip-hop, Rocé se pose incontestablement comme un des meilleurs espoirs du rap français. Grâce à son sens de la musicalité frais et original, grâce à son amour du flow intarissable, José Kaminsky arrive à toucher les cordes sensibles de l’auditoire, à les triturer aussi. Top départ est un hurlement sensible et pur, un tapage envoûtant, riche, toujours sincère. Un petit bijou hip-hop made in France, qui décapite tout sur son passage.