PARTAGER
3
sur 5

Ancien Ministre de l’Information de Public Enemy, fondateur du S1W (Security of the First World) qui mélangeait en vrac les préceptes des Blacks Panthers à ceux des Five Percenters dissidents de la Nation of Islam, Richard Griffin, alias Professeur Griff sort aujourd’hui un cinquième album solo depuis le Pawns in the game publié en 1990, réitérant son cocktail de paroles provocatrices, toujours conduites par cette même idée : apporter les preuves du complot. Plane donc au-dessus de cette nouvelle salve, le leitmotiv des premiers opus de l’Ennemi Public new-yorkais : « The worldwide conspiracy to exterminate black people ». Réapparaissent alors sous forme de samples qui tournent en fond sonore, les vœux pieux de la S1W : « S1W means that we totally disagree with the term Third World (…) », les « The-The-The Black CNN » et autres « Large lips & black skin » tirés des disques de Public Enemy, qui résonnent comme autant de raccords entre passé et présent. Le combat continue. Mais, loin des flows hargneux, loin du techno-sound et des mixages denses et agressifs qui habillaient le manifeste Welcome to the Terrordome, And the word became flesh… est un album discret dont le fond reste plus important que la forme ; Un manifeste political-soul qui laisse tomber sur des boucles de funk onctueuses, une scansion aux saveurs révolutionnaires, bardée de références aux X (membres de la Nation of Islam).

Dès l’intro, Griff donne le ton : « La seule personne à laquelle je m’adresse, c’est toi ! Tu dois écouter. Si tu bouges la tête en écoutant du rap, tu dois être en accord avec ce qui se dit dans le texte ». Word Up ! Mi-rappés, mi-parlés, en tous les cas scandés, les mots de Griff survolent les mesures, se posent entre les temps et virevoltent au-dessus des mélodies à la manière d’un Gil Scott-Heron, la furie des onomatopées en plus. Connu pour ses prises de position radicales (Son « Jews are responsible for the wickedness that goes on across the globe », lâché lors d’une interview, lui coûta sa place au sein de Public Enemy), le Professor ne dévie pas de sa pro-black consciousness, sans toutefois jeter l’opprobre sur le peuple blanc en quelques vers(ets), à la manière un rien manichéenne qu’on lui connaissait jusqu’alors. Son parler cynique et provocateur, ce spoken-word arrogant qui se répand en propos acides sur les mesures d’un funk obsédant recyclées à l’infini, effleure les choses, les suggère à demi-mots, les frôle pour mieux nous faire comprendre qu’on est dans la confidence, qu’on sait, mais qu’on ne bouge pas. On se surprendrait presque à fuir ce regard gênant qui nous toise.
Malaise.

Un interlude en forme de publicité pour l’OMS sur le thème du Sida laisse tourner un « Africans in deeeeep shit », posé sur un beat lourd qui évoque le battement d’un cœur doublé d’une cloche sinistre dont la noirceur retentit en fond sonore sur les titres suivants. Plus loin, une superposition de discours révolutionnaires laisse remonter à la surface les Homeless child, les Pain and blood, les ssssufferings…jusqu’à ce qu’émerge des décombres un « We mobbing because we starving » (« On s’bat parce qu’on crève ») : la raison du hip-hop tient là, au cœur de ces alliances de mots lourdes de sens qui font ressurgir au détour d’un entrelacements de samples, la condition de l’homme noir, en Afrique et tout autour. Le sang, les larmes, la rage.

Secondé par Chuck D, la chanteuse Nikki Luxx et Umar Bin Hassan (Last Poets), le professeur enseigne au monde. A cent lieues des ruissellements de champagne qui inondent le gosier des « rappeurs sans cause », il est ici question de discours bien plus que de flow ; Un discours acerbe, apocalyptique et pesant, un torrent de larmes et de sang qui brandit une fois encore ses Angela Davis, ses Malcolm et ses Bobby Seale, résonnant au-dessus du monde comme un écho aux paroles de Chuck D qui rappait il y a quelques années : « For all the years we looked like clowns / The joke is over, smell the smoke from all around ».