PARTAGER
5
sur 5

Vous avez aimé Deserter songs de Mercury Rev cet hiver ? Vous adorerez Black foliage des Olivia Tremor Control ce printemps ! Parce que ce disque va plus loin, plus haut, plus fort. Certes, ce n’est pas une surprise pour ceux qui avaient apprécié le premier effort de ces Américains. Mais combien étions-nous ? Sans doute peu avaient fait la démarche d’aller vers cette musique (ces musiques !) qui emprunte à tout et à tous et qui donne un savant mélange bien (merveilleusement bien) digéré de ses découvertes et expérimentations musicales.
Car voilà, le mot est lâché : expérimentation. Et pas n’importe quoi, comme chez… [censuré], car ces cinq fous de bidouillages en tout genre savent de quoi ils parlent, ce qu’il touchent et quoi en sortir. Cinquante ans de musique de divertissement (la pop music avec son pendant poppy et ses excès psychédéliques –A Place we have been to) et de musique sérieuse (la tape-music de John Cage et la musique concrète française ou électroacoustique allemande) sont passés à la moulinette et redistribuées avec une maîtrise jamais égalée dans tout ce que nous avons entendu depuis vingt ans que nous fréquentons la musique de notre siècle.

Leur premier album, il y a deux ans, nous avait ravis. Celui-ci nous enchante, nous fait jubiler, exulter, pour ne pas dire jouir. Car des Beach Boys aux Boo Radleys (Hideway avec un xylophone à la Auteurs, I have been floated avec son téramin, décidément très à la mode), à Pierre Henry et John Cage (les travaux sur bandes des plages intermédiaires, les avions du premier album qui reviennent ici et là pour notre bonheur, si si, vous verrez) en passant par des jeux de bruits à la Pavement ou Beck (les Black foliage du titre de l’album, plages 5, 12, 15, 17, 20 et 26 sur 27 qu’en compte l’album !) ou les percussions façon Tom Waits ou Adult Fantasy (Grass canons), voilà un double album (et oui, quatre faces comme au temps des vinyles), concept qui plus est, comme on n’en a pas entendu depuis Ummagumma du Pink Floyd en grande forme de 1970 ou du Soft Machine circa 70/71 (Third et Fourth).
Oui, vous avez vraiment aimé Deserter Songs de Mercury Rev cet hiver, vous adorerez vraiment Black foliage des Olivia Tremor Control ce printemps !