PARTAGER
3
sur 5

Quoi ! Comment ! Hein ! Un nouveau Money Mark, alors qu’on n’a pas encore fini de déguster Push the button, sorti juste avant l’été. Rassurez-vous, braves internautes, Mark on the mic n’est pas véritablement un nouveau Money Mark. Cependant, au jour d’aujourd’hui, les morceaux -tous connus- apparaissent dans des versions introuvables ailleurs que sur ce disque -un nouvelle fois- réservé au marche japonais. Au pays du Soleil levant, c’est une opération marketing désormais fort courante, que de faire paraître un album de remixes ou de versions différentes pour booster le marché. En l’occurrence, ici, il s’agit pour moitié des 10 titres de morceaux enregistrés live à Minneapolis en août dernier, et pour l’autre de versions mises en boîte spécialement pour les Evening sessions de la BBC.
Rien de bouleversant, si ce n’est le talent et le verve imparables de Money Mark. Sur la partie live, notez en particulier de fameuses versions de All the people et Maybe I’m dead, mais Pinto’s new car n’est pas mal non plus. Pour les plages live en studio, ce sont Rock in the rain -vraiment magnifique- et Cry -on n’a toujours pas fini de hurler de rire à propos de la manière dont Money Mark se fout de la gueule de Lenny Kravitz- qui tirent leur épingle du jeu. Bien sûr, Hand in your head, en version assez douce ici, ne se laisse pas écouter autrement qu’avec grand plaisir. C’est dire que si ce disque n’est pas indispensable (de plus, un import japonais, ce n’est jamais donné), mais s’en passer pour les fans de l’asiate ultra-doué serait quand même dommage.