PARTAGER
5
sur 5

Sur la scène jazz belge, le pianiste et compositeur Kris Defoort est un musicien à part. Attiré autant par l’improvisation que par la musique classique contemporaine, il fut notamment à la base de l’ensemble Octurn, dont la musique ambitieuse, à la fois lyrique et complexe, est reconnue par tous comme une œuvre profondément originale. Le voici de retour sur ce double compact avec deux projets bien distincts. Un premier disque en quartette offre quatre longues compositions de jazz moderne dont les jeux d’ombre et de lumière reflètent une tension entre ce qui est écrit et ce qui ne l’est pas (Opposite worlds). Aux antipodes d’un jazz accessible plutôt dans l’air du temps, Kris Defoort y met en scène un univers personnel dont les paysages sonores invitent constamment l’âme au voyage.

L’unique composition du second disque, intitulée Passages et interprétée par un ensemble de 11 musiciens, est en fait la bande son d’un spectacle de danse chorégraphié par Fatou Traoré (déjà à l’origine de l’étonnante création On the wave avec le groupe Aka Moon). Evoquant les gens qui passent, la fugacité des choses, le hasard des rencontres, la musique accompagne les personnages filant sur des trajectoires mystérieuses et ponctue leurs interactions. Exploitant avec beaucoup de subtilité ses deux sous-ensembles, l’un composé de cuivres et l’autre de saxophones, flûtes et bois, l’œuvre déambule sur près de cinquante minutes, remémorant parfois l’orchestre de Gil Evans et ailleurs, quand la course s’emballe, celui plus sombre et violent de Charles Mingus. Structure en perpétuel devenir, Passages s’articule autour de mutations successives : la partition évolue ainsi constamment entre harmonie et chaos. Elle fait penser à ces attracteurs étranges dont les oscillations irrégulières d’apparence aléatoire ne font qu’obéir à un mécanisme aussi occulte que déterministe… Magistrale et intrigante à la fois, voilà une musique à recommander à tous ceux qui ne sont pas inconditionnels de l’émotion facile.

1) Looking around (K. Defoort) – 2) Opposite worlds (K. Defoort) – 3) Round trip (Ornette Coleman) – 4) Tranen (K. Defoort) – 5) Passages (K. Defoort)

Kris Defoort (piano), Quartet : Mark Turner (ts), Nicolas Thys (b), Dré Pallemaerts (dr)
Dreamtime : Mark Turner (ts), Jeroen Van Herzeele (ts), Pierre Bernard (fl), Emmanuelle Somer (hautbois), Jan Kuijken (violoncelle), Laurent Blondiau (tp, bugle), Geoffroy de Masure (tb), Michel Massot (tuba), Nicolas Thys (b), Dré Pallemaerts (dr)
Produit par Kris Defoort. Enregistré au Studio Jet à Bruxelles en décembre 1997 (production 1999).