Ce soir, c’est le Grand Soir, celui du grand mess de Villette Sonique où toute personne avide d’expérience hors-normes est sommée de venir. Le festival le plus attendu de l’année s’est associé pour l’occasion à In Paradisum, une association pilotée par Guillaume Heuguet (initiateur de la revue musicale Audimat) et le musicien électronique Mondkopf. Leur soirées très courues des jeunes fêtards sont devenues l’emblème du vent techno post-indus’ qui souffle sur Paris depuis maintenant deux ou trois ans. Au sommet du col de cette soirée à haute teneur en décibels, Dominick Fernow, aka Prurient, viendra mettre de la discipline dans le chaos à coup de larsens cinglants, de blizzard dark-ambient saturé, de pumping techno à l’étouffée façon Underground Resistance et de hurlements gutturaux.

Juste avant cela, on se sera déja copieusement fait récurer les tympans par Sister Iodine, trio mythique de la scène avant-noise française qui brutalise depuis vingt ans les guitares en invoquant le Dieu feedback, avec le concours d’une batterie plus lourde et puissante que la forge d’Héphaïstos. Chez Chro, on les encense depuis une éternité, car ils sont sans doute les seuls en France à savoir propager la joie du bruit libre avec une telle endurance.

Le jeune frenchie Low Jack, étoile noire du BPM de traviole et de la transe chamanique, aura la lourde tâche d’ouvrir le bal, avec un set qu’il promet d’être aussi puissant que le réacteur d’un Boeing (inutile de dire qu’il y aura de la concurrence). Optera-t-il pour son versant primitif-ethno-industriel qu’il a révélé sur Garifunas Variations, son remarquable album sorti sur le label L.I.E.S., ou privilégiera-t-il sa facette plus funk et chaloupée? Réponse ce soir à 20h pétantes.

Quant à l’outsider de la soirée, il s’agit de l’anglais Powell, qui vient remplacer Pharmakon au pied levé. Tête chercheuse de la musique de club qui prend l’autoroute à l’envers sur la bande d’urgence, il clôturera ce grand bain de larsen avec son minimal funk no-wave et ses rythmiques désaxées, saupoudrées ci et là de cut-ups vocaux. Parions qu’il suffit de ces quelques gouttes d’acide sulfurique pour transformer le dancefloor en une expérience aussi jouissive que radicale.

Pas question ce soir de « musique sympa » ou d’hédonisme sans conséquences, mais de sauvagerie animale et de sensations fortes qui retournent la tête et les jambes. Vous voilà prévenus, c’est à un véritable Banquet d’Odin auquel vous êtes conviés.

Ce soir à 19h30 au Trabendo

http://www.letrabendo.net/in-paradisum-x-villette-sonique/

Plein Tarif :16 €
Tarif réduit* : 12 € 
Villette Jeunes (- de 26 ans), adhérents Carte Villette, minima sociaux* : 10 €

Article précédentScram Kitty and his Buddy on Rails
Prochain articleConception II : Children of the Seven Stars