PARTAGER
4
sur 5

Lorsqu’il ne travaille pas ses dix-huit heures quotidiennes, ne se saoule pas au saké en compagnie de ses collègues salarymen, ne mange pas de sushis sur le ventre nu d’une geisha et ne vient pas dévaliser les boutiques de luxe européennes durant son unique semaine de congés annuels, le Japonais moyen est vu par ses concitoyens comme un marginal. Pire encore, un otaku, sorte de slacker à la nippone, qui consacre son existence à des poursuites futiles et farfelues. Cornelius et son obsession pour La Planète des singes, The Fantastic Plastic Machine et ses vidéos aussi stupido-rigolotes que délirantes ou les Pizzicato Five étrangement fixés sur les icônes populaires des sixties font partie de cette caste de déjantés, qu’on considérerait au pire comme de doux dingues en Europe… Sans oublier Guitar Wolf, trio aux neurones ravagées par le rock, le vrai. Harnachés de cuir noir -l’étoffe des héros-, se réclamant de Link Wray, Johnny Thunders, les Ramones et… Joan Jett (qui n’a pas un jour ne serait-ce que tapé du pied en entendant I love rock’n’roll ?) et connus pour leurs prestations scéniques extrêmes, les trois petits nippons offrent tout au long de Jet generation une bonne leçon de surf-garage-punk-rock à écouter au volume 11 et demi.

Leurs deux précédents efforts, sortis chez Matador, et très certainement les deux d’avant, en Japonais et inédits en occident, sonnaient déjà aussi cru, gras, et grésillant. Les choses n’ont pas évolué d’un poil chez les Guitar Wolf : Seiji Guitarwolf s’égosille et attaque toujours sa guitare comme s’il s’agissait d’une tronçonneuse, Billy Basswolf et Toru Drumwolf martèlent un rythme infernal derrière lui, laissant supposer que l’arrivée de Machin Samplewolf n’est pas pour demain. Et alors ? Les fans des Cramps, de films d’horreur, de kung-fu, de science-fiction (tendance vieux épisodes de Godzilla), et, il faut l’admettre, de kitsch sur les bords, vont se pâmer au son de Cosmic space girl, Kung fu Ramone ou Roaring blood. Les autres devront se trouver autre chose pour transpirer cet été.