PARTAGER
4
sur 5

Dr Dooom ? Ne cherchez pas, ce n’est que le nouveau disque de l’inénarrable Kool Keith (de son vrai nom Keith Thornton), a.k.a un des MCs des Ultramagnetics ou encore Dr Octagon, Sinister 6000, Clean Man, Willie Biggs, Reverend Tom ou Mr Gerbick ! Après l’album Sex style, parodique et réussi, voici, sur le même label, First come, first served, encore plus parodique et encore plus réussi ! Concept-album sur la mort de Dr Octagon (le premier titre Who killed Dr Octagon explique tout ça), il affiche fièrement son esthétique du mauvais goût illimité. La pochette est, en effet, avec sa typo en 3D avec reflets, sa perspective exagérée, sa perruque en plastique, son hamburger, ses fractales, etc. une réelle abomination.
Mais peu importe. Elle correspond au sujet du disque : l’état actuel (jugé mauvais) du hip hop. Exemples de sujets traités par le Dr Dooom : les mauvais DJs, les mauvais singles de rap surproduits (qui a dit Timbaland ?), The Prodigy, Michael Jackson, etc. Et quand Kool Keith se présente comme commentateur sarcastique du show-bizzz hip hop, pas étonnant de voir que le label va sortir le disque de Robbie Analog (qui a dit Bobby Digital ?) et que le disque est produit par les Diesel Truckers (qui a dit les Dust Brothers ?)… Tout est de cette trempe.

Et la musique, est-elle à la hauteur ? Oui, et plus encore. En fait, comme pour contraster avec le côté bouffon de la pochette, les textes sont assez coléreux et la musique plutôt straight : bruitages bizarres de films d’anticipation, theremins, beats secs et basses énormes, cloches solennelles, déluges de cordes glacées, et même du moog : c’est vraiment le Dr Dooom (et accessoirement la fin du monde, d’ailleurs il rencontre Elvis dans un ascenseur) ! Le flow du docteur est efficace et sans pitié et les chœurs sont malsains à souhait. Pas la moindre trace de sensualité, à part peut-être sur Welfare love, ironique et désabusé. Cuivres et flûtes dramatiques sur Call the cops. Side line est probablement le meilleur titre, avec sa ligne de basse phat et ses effets sonores dignes de planète interdite, mais Body bag n’est pas mal non plus (très riche, très scratché, avec des cordes). En bref, ce album est excellent. Ne vous arrêtez pas à la pochette, évidemment ironique. Si ce disque était sorti sur Mo’Wax sous le nom de Dr Octagon, tout le monde en parlerait. Alors, allez-y, parce que les premiers arrivés seront les premiers servis ! The motherfuckin’ Dr Dooom, he’s the best !