PARTAGER
3
sur 5

Balançant régulièrement des albums, collaborations, maxis et autres single depuis son QG Honda Recordings (écurie crée en 1998 suite à des démêlés avec Sony Music), Honda a conservé le mode de fonctionnement disparate qui animait le hip-hop à ses débuts, tout en possédant un savoir-faire indéniable pour le touché de platine. Aimanté à l’immense famille du « real hip-hop » new-yorkais, Honda retourne ici méthodiquement ses plages remplis de beats gras, de basses gonflées et de Mcs en parfaite harmonie avec leur metteur en son et les samples qui les enlacent. De fait, Honda ne se contente pas de faire quelques petits scratches ici et là tout en laissant les rappeurs faire leur boulot. Il s’implique aussi totalement dans les enregistrements de voix, qui oscillent entre prises en studio et freestyle remodelés, pour donner un suc rapologique abritant un grain assez intemporel.

Par le biais de multiples techniques de turntablism et autres productions très léchées, le nippon fait tourner les têtes avec des tranches musicales qui mettent en exergue les gimmicks volcanologiques des Mcs invités. Il revisite ainsi un classique de Jeru Tha Damaja pour en livrer une sorte de remix post-produit, tout comme il fait placer Erick Sermon & PMD (EPMD) sur des atmosphères qui paraissent totalement leur convenir, tout en cuttant les phonèmes de ces derniers pour faire naître de nouvelles portions de rap enrobé de scratches (Beginning to the end featuring PMD). Honda aurait pu nous fournir un peu plus de « titres sans featuring », comme la bombe 92 NMS NY Dj battle round 3, extrait d’une battle exécutée vs Roc Raida. Les beats electro se font ici claquer les basses et retourner les breakbits pour faire naître une ligne de breaks fougueuse totalement hypnotique, ce qui donne un peu d’espace à cette double galette qui déborde quelque peu.

Si quelques passages donnent souvent dans le remplissage de plages (on aurait aimé des versions longues de morceaux sans Mcs comme O.F.C.A.S.H scratch, une petite portion turntabliste très chaude, mais trop esseulée), il suffit de jeter un oeil sur la liste des guests pour se motiver : Saïgon, Problemz, Beatnuts, EMPD, Common, Al’ Tariq, Keith Murray, Gravediggaz, Grand Puba, Sadat X, DJ Aladdin, De La Soul, The Gravediggaz, M.O.P, Mos Def, Redman, Roc Raida, Camp Lo, Biz Markie…