PARTAGER
5
sur 5

Comme le dit si bien Anthony Keyeux aka Hypo, notre jeune espoir français préféré : « L’avenir de la musique, c’est le hip-hop ». En témoignent son projet très attendu sur Active Suspension, Jingles & singles, et quelques incursions notables de figures notoires de l’electronica et du rock vers une musique faite de beats percutants et de featuring surprenants : Hood qui invite les hip-hoppeurs de Clouddead, Alex Empire qui pactise avec El-P de Company Flow, Warp qui fricote avec Mf Doom, Aesop Rock et Anti-Pop, et Electronicat qui balance son micro à Mike Ladd… Sans parler d’O.lamm, qui semble scruter malignement du côté de Def Jux…

Dilated Peoples est un groupe astral, qui commence à frapper des poings sur la table des négociations du panthéon hip-hop. La formation Dilated Peoples pulse une vague tectonique qui traverse rageusement les Etats-Unis, et qui ne tardera pas à venir endommager les contours du Vieux Continent. Alors que leur première livraison The Platform avait déjà secoué très fort la planète rap (notamment grâce aux titres Work the angles et The Platform), ce second opus s’apprête à tout dévaster sur son passage. Comme l’explique Evidence sur le premier obus Live on Stage (avec The Alchemist aux commandes), ces hip-hoppeurs ne font pas de sell out, ne cherchent pas à attirer le chaland, et surtout ne tiennent pas à pas vendre leurs culs comme le font tant de groupe de rap aujourd’hui. C’est du sérieux. Dilated Peoples s’affiche d’ailleurs sur Proper Propaganda aux côtés du « journaliste assassin » Harry Allen, qui fut longtemps le compagnon de route des Public Enemy. Ce n’est pas vraiment un hasard de retrouver Allen aux côtés des mc’s californiens. On parle ici du pouvoir dévastateur des médias et des failles béantes du système judiciaire américain. Le flow d’Iriscience n’a jamais été aussi véloce (« The pen is mightier than the sword / ’cause the pen gives the word sending swords to war « ). Dj Babu jongle avec les rythmiques et les trompettes sur ce titre sublime qui fait tourner le crâne. Alchemist continue son œuvre sur Worst come to worst, où les samples émotifs de William Bell s’allient parfaitement avec une loop façon Mobb Deep. Evidence et Iriscience défoncent tout, citent EPMD et les Beastie Boys, comme pour mieux balancer une culture middle school largement digérée. Du côté de la prod, on retrouve l’inégalable Dj Premier, qui appose son sceau East coast sur le percutant Clock work. Vient ensuite le très fiduciaire Trade money (les mc’s n’ont jamais autant bien parler d’argent), qui invitent Da Beatminerz au meilleur de leur forme. On pourrait continuer longtemps à vous expliquer combien les métaphores des mc’s percutent tellement fort les tympans. Et ils sont tellement bien entourés que leur tâche est facilitée. Alors que la West Coast s’endort sur les lauriers pourris de Dre & Snoop, les Dilated font la fête avec leurs cousins Defari (The Defari interlude, Target practice) et tha Liks (Heavy rotation). On retrouve ici le son de Liquidation, et Tash se revivifie en fin de morceau pour balancer la sauce. Phil tha agony défonce tout sur un interlude vibrant de rage. Black Thought des Roots vient donner un coup de main sur Hardhitters, où son slang fait des ravages… Comment résister aussi aux scratches de Panic et Dilated junkies,réminiscences de l’art du turntablism, qui nous rappelle que le Dj est bien l’épine dorsale du hip-hop. Ecoutez donc Panic en boucle, ou encore le ghost track Target Practice, et on en reparlera plus tard…

Pas besoin de faire trop de lèche aux Dilated, il n’y a qu’à écouter l’album pour se faire une idée. On est heureux de trouver des mc’s aussi forts qui s’engagent politiquement (contre la Proposition 21* notamment). On attendait avec impatience Expansion team. Pas de déception ici. Dilated Peoples nous largue un album carré, qui redonne un peu de couleurs à la West Coast. Un groupe précieux, qui se place dans le peloton de tête du renouveau du hip-hop, aux côtés des Swollen Members, Mad Lib, Buc Fifty et autres Cannibal Ox…

* Proposition 21 : proposition de loi de l’Etat californien qui renforcerait l’arsenal judiciaire à l’encontre des petits délits. Exemples : trois personnes ensemble dans la rue et habillées de la même façon pourraient être soupçonnées d’être un gang. Le graffiti serait passible d’emprisonnement, etc…