PARTAGER
5
sur 5

Qu’on se le dise, Christian Marclay est sans nul doute le plus génial, et peut-être le plus farfelu des empêcheurs d’écouter en rond !
Roi du Tépaz et père spirituel des Djs (un peu comme Pierre Henry est devenu soudainement celui de la techno…), Marclay refuse d’admettre qu’un vinyle doive se lire en suivant sagement le sillon sonore le long de sa lente spirale, de l’extérieur vers l’intérieur. Aussi, depuis près de 20 ans, il « joue » des disques préparés, comme Cage du piano préparé. Avec minutie, il torture ses vinyles, les rayant volontairement à des endroits précis, traçant de nouveaux chemins pour le diamant qui saute allègrement de sillon en sillon (oui, je sais, il n’y a qu’un sillon par face !), et mélangeant le tout en un mix sauvage et captivant avec de bons vieux Tépaz, non sans un humour omniprésent.

Au menu de ce More Encores, réédition d’une œuvre parue en vinyle en 88, les victimes involontaires sont, par ordre d’apparition : Johann Strauss, John Zorn (génialissime saxophoniste new-yorkais touche à tout, hyper prolifique et responsable du non moins somptueux label Tzadik), Martin Denny, Frédéric Chopin, Fred Frith, Louis Armstrong, John Cage, Maria Callas, Jimi Hendrix, Jane Birkin & Serge Gainsbourg… Bricolés, accélérés, ralentis, inversés, lacérés, concaténés comme dans un vaste shaker sonique, ces « participants » ne sont qu’un matériau brut, ingrédients de base d’un cocktail dont l’abus n’est nullement dangereux et que vous pouvez consommerer allègrement jusqu’au bout de la nuit…

Olivier Lebeau