PARTAGER
4
sur 5

La rumba de Cuba, les percussions hystériques de Bali, le coassement énigmatique des grenouilles ou les bruits hétéroclites des rues de Californie… Talking drum rassemble avec originalité ces éléments disparates pendant près d’une heure et quart. Bien plus qu’un simple collage d’ambiances, c’est une musique puissamment charpentée où l’intervention live et l’improvisation ont une place à part entière. Compositeur, improvisateur, pionnier dans le domaine de la musique électronique expérimentale, Chris Brown s’intéresse aux rapports possibles entre composition, improvisation et musique modifiée par la technologie. Avec Talking drum, il ajoute la notion d’espace et semble offrir une alternative à cette prétendue world music.

Armé d’une paire de lunettes de soleil comportant un microphone relié à un DAT, Chris Brown a patiemment enregistré le fruit d’une décennie de voyages aux quatre coins du monde. Après le choix des différents matériaux, il explore les cycles polyrythmiques et leurs combinaisons à l’aide d’un réseau de quatre ordinateurs portables. Alliance du matériau brut, de son traitement électronique ainsi que de l’intervention épisodique de musiciens, le disque bénéficie d’une cohérence inattendue. L’approche du sample concilie avec intelligence ses deux modes d’utilisations : la citation (l’extrait brut) et le plunderphonic (intervention sur le matériau). Il en résulte un brouillage de repères pour l’auditeur, mais celui-ci se traduit par des transitions indolores entre les séquences. Les correspondances rythmiques très étudiées évitent l’effet cut-up tant recherché et tellement galvaudé. Si la musique de Brown reste expérimentale, il ne perd pas de vue la qualité du résultat. En dernier ressort, une attention toute particulière a été portée sur la stéréophonie (l’écoute au casque est d’ailleurs conseillée). Constamment, il y a un jeu de rapprochement-éloignement dû à la fois au mode de prise de son in situ (mode d’enregistrement improvisé) et au travail de studio (période de décision, mode de composition).

Chris Brown signe une exploration rythmée et aventureuse de la musique nouvelle. Très bien pensé, agréable d’écoute bien que fondamentalement déroutant, Talking drum trace de nouveaux horizons dans tous les sens du terme. Il restitue toute la chaleur de ses voyages et ne perd jamais de vue une composante essentielle : la musicalité.