PARTAGER
4
sur 5

Qui est Ark ? Un jeune musicien producteur de house. De formation funk (tiens ! un Français funky qui fait de la house…), il a collaboré à des groupes comme THC ou FFF. Il serait donc logique de trouver sur ce mini album une succession de titres super dancefloor. Et bien non ! Ark a eu l’occasion de sortir plusieurs maxis, dont le célèbre Escalope de dingue en 1995. Il était à l’époque en duo avec Pépé Bradock sous le nom de Trankilou. Souvenez-vous !
Keuhar propose de vraies ambiances variées sur un laps de temps très court. Punkadélic, par exemple, vous fera mal au dancefloor. Non, non, non ce n’est pas un simple titre house filtré par « Melitta ». On est bluffé par la diversité sonore, envahi par cette guitare saturée et comblé par la ligne de basse, déjà vue il est vrai, mais tellement bien agrémentée. Le morceau suivant, Silicone, vous permettra de vous reposer de votre déhanchement incontrôlé. Le garçon a un peu hésité entre la techno et la house avant d’opter pour la deuxième solution. A l’écoute de certains titres, cet état de fait n’est pas étonnant. On retrouve parfois des atmosphères hypnotiso-techno, dans Siliclone par exemple, qui ne nous font pas oublier sa petite hésitation du début. Keuhar nous fait faire de petits sauts de puce entre étrangetés technoïdes et purs feelings club. Une fin de toute beauté avec un titre remixé par Herbert tout en délicatesse, la classe d’Herbert quoi ! Ce dernier et Jeff Mills ne seraient pas indifférents aux sonorités du Français.

Ark sort ce mini album sur Brif Records, un label parisien indépendant. On a pu voir heureusement ces dernières années des artistes electro avoir un succès mérité. La musique électronique ne nécessite pas énormément d’investissement en terme de production. Elle demande néanmoins un savoir-faire que seul possèdent encore aujourd’hui les structures indépendantes. A quelques exceptions près, seuls ces petits labels font vivre cette scène pourtant bouillonnante.
Keuhar n’est qu’un avant goût de ce qui nous attend l’année prochaine. C’est en réalité un résumé de ce que Ark a sorti en maxi. Amateurs de house, nous n’en sommes pas pour autant tous Dj du dimanche… Ark a donc bien fait et, attention, il reviendra !