PARTAGER
3
sur 5

Film ovni de cette fin d’année, Un Petit cas de conscience ne manquera pas de déconcerter les spectateurs, même les plus aguerris, par son incongruité dans l’univers archi-balisé des sorties ciné de Noël. A mille lieues de l’esthétique racoleuse du cinéma lambda, le film de Marie-Claude Treilhou pratique un art de la parole qui semble bien désuet à l’heure du tout à l’image. En s’appuyant sur un fait divers plutôt banal -le cambriolage de la résidence secondaire d’un couple d’amies-, la cinéaste s’amuse à suivre ses répercussions dans l’imaginaire d’un groupe de copines, d’anciennes féministes soixante-huitardes qui approchent maintenant de la cinquantaine. Chacune y va de son interprétation et la recherche du coupable soulèvera de nombreuses divergences idéologiques. Marie-Claude Treilhou se sert ici du polar comme d’un catalyseur d’émotions qui lui permet d’exercer au final une radiographie tragi-comique d’une génération rongée par la culpabilité de s’être embourgeoisée après avoir fait « la révolution ».

Un Petit cas de conscience ne prend heureusement pas la forme d’un ennuyeux film bilan car Marie-Claude Treilhou travaille avant tout sur les moyens de faire passer ce constat par la forme cinématographique. Ancienne collaboratrice de Paul Vecchiali, la cinéaste applique à son intrigue le même mélange de naturalisme et de fantaisie à l’oeuvre dans L’Etrangleur ou Femmes, femmes. Les décors et les situations issus du quotidien sont ici extirpés du réel par des dialogues extrêmement écrits, à l’humour très fin. Marie-Claude Treilhou emploie d’ailleurs le plan séquence pour suivre de longues scènes de dialogues au cours desquelles se dessinent les enjeux véritables du film. Au fil de ces joutes verbales, c’est la circulation d’une histoire et d’une pensée qui est ici analysée et permet de définir les contradictions qui menacent l’amitié entre ces amies. A partir d’un incident somme toute anodin, Marie-Claude Treilhou livre un amusant portrait de femmes tiraillées entre de louables idéaux et une existence parfois en contradiction avec eux.