PARTAGER
3
sur 5

Moll Flanders ou les mémoires d’une courtisane nous entraîne sur les traces d’une jeune femme libre et indépendante du XVIII ème siècle. Née dans une prison Londonienne, elle est recueillie par une famille bourgeoise qui lui enseigne les bonnes manières. Mais la jalousie des filles de la maison l’oblige à fuir. Échouée dans une maison close tenue par la redoutable madame Allworthy, Moll Flanders se lie d’amitié avec Hibble un voleur employé comme domestique (où le contraire!). C’est lui qui raconte la remarquable histoire de sa mère à Flora (la fille de Moll Flanders) qu’il vient récupérer dans l’orphelinat ou sa mère avait été contrainte de l’abandonner.

Moll Flanders ou les mémoires d’une courtisane est un beau portrait de femme pour lequel le réalisateur a su éviter l’académisme souvent de mise dans ce type de production. On se souvient notamment du « Portrait de femme » justement réalisé par Jane Campion l’an passé, un film froid et désincarné (malgré l’excellente Nicole Kidman) qui n’avait pas fait l’unanimité. Pen Densham lui, a réalisé un film rythmé et très vivant. Il nous passionne pour le sort de son héroïne, une femme forte et libre dans une société en plein mutation.

Le metteur en scène signe un film d’une grande beauté plastique même s’il donne parfois l’impression d’avoir été entièrement éclairé à la bougie. Mais bon, il est dommage de faire la fine bouche pour si peu d’autant que ce souci d’esthétisme ne nuit en rien au bon déroulement de l’intrigue.

Après sa prestation remarquée dans le fiévreux She’s so lovely (de Nick Cassavettes), la belle Robin Wright confirme avec le personnage complexe de Moll Flanders, quelle grande actrice elle est devenue. Dans le rôle clé de Hibble, c’est le toujours impeccable Morgan Freeman ( à l’affiche le 25 février de « Amistad » le nouveau Spielberg) que l’on retrouve, lui aussi dans un nouveau registre. Tous ces atouts font que malgré les embûches rencontrées par son héroïne, vous aurez plaisir à partager un bout de chemin avec Moll Flanders ou les mémoires d’une courtisane.