PARTAGER
4
sur 5

Dans ce remake de troisième type de Sunset boulevard, le réalisateur Bruce la Bruce visite le mythe gay de la prostitution masculine dans le long boulevard sexué d’Hollywood : Santa Monica bld. Déroulant les clichés à escient et insistant sur le corps érogène de son égérie trash du moment (Tony Ward, ex-boy friend de Madonna et latino sanguin au corps trop huilé), Bruce la Bruce (réalisateur de porno gay à la petite semaine) dynamite le récit en se projetant dans la peau de Jürgen Anger, romancier au rabais follement amoureux de Montgomery Ward (Tony Ward). Entre un Ed Wood extra-lucide et un Pascal Sevran sous ecsta (normal, quoi), Jurgen Anger poursuit dans cette non-intrigue l’amour fugitif de Ward, prostitué en cavale. Chaotique, la réalisation dénote également par quelques trouvailles lumineuses (la narration troisième personne de Ward, l’esthétique des corps suppliciés, etc.) et son amateurisme maîtrisé. Avec une règle pour tout le film : une prise par scène, pas plus.

Désixé à sa sortie par Jack Lang vs Famille de France, l’édition DVD de ce film culte de l’underground américain trouve toute sa justification dans cette distribution plus large d’un ovni du cinéma gay. Un seul bonus, indispensable, et largement le meilleur dans l’histoire des bonus DVD : le visionnage en temps réel (1h environ) du film par le réalisateur quatre années plus tard en compagnie de deux jeunes prostitués. Soit l’explication distanciée et humoristique du film plan par plan par Bruce la Bruce, interrompu par ses deux compagnons d’infortune, défoncés jusqu’aux yeux et bad boys par intermittence. Le visionnage n’est plus qu’un prétexte à une ecsta-party ponctuée de fellations approximatives, name-dropping trashy (« Sandra Bullock prend trop de coke », « Madonna est la mère-salope parfaite », etc.). Immanquable.