2
sur 5

Rien de bien neuf sous le soleil de Jane’s Addiction, qui nous fait le coup du vraix-faux nouvel album. Ce Kettle Whistle ne contient en fait que quatre titres réellement nouveaux, dont deux démos. Le reste n’est que versions différentes de morceaux déjà connus ou enregistrés en public. Il convient cependant de dire que l’on écoute toujours avec autant de plaisir Perry Farrell, Dave Navarro et les autres. Kettle Whistle, la chanson titre, est dans une veine atmosphérique et mélodique, elle met en valeur la voix cassée et plaintive de Perry. La démo Ocean Size est plus rêche que la version qui nous est connue. So what, l’autre morceau nouveau, ne présente quant à lui pas grand intérêt. Les titres live –Jane says, Slow divers, Ain’t no right, Whores et surtout Three days– sont plus qu’honorables, et restituent bien la folie et la tension des shows de Jane’s Addiction. Mais jamais ou presque on ne retrouve la magie qui a pu nous toucher à la première écoute de certains morceaux de ce groupe pas comme les autres, finalement bouffé par l’ego de Farrell. On ne voit donc pas l’intérêt de la sortie de ce disque, d’autant qu’on nous l’annonçait comme le grand retour du groupe. Il semblerait plutôt que les raisons soient plus terre à terre : il faut bien vivre.

PARTAGER
Article précédentNahawa Doumbia – Yaala
Prochain articleFiona