PARTAGER
2
sur 5

Une nouvelle galaxie dans la bande dessinée dite « d’anticipation ». Une nouvelle planète : Traorim qui en fait partie et qui est essentiellement recouverte de forêts épaisses et gigantesques dans lesquelles des groupes de bandits de grands chemins trouvent refuge. Les quelques îlots de civilisations sont de plus en plus isolés et il ne fait pas bon se promener seul dans les rues, à la nuit tombée. Badalâm Khadur est une de ces cités représentatives de ce climat inquiétant qui règne sur la planète. Aussi, Sixties, la fille du professeur Sanborn ne voit-elle pas d’un très bon œil que son père traverse un immense parc désert pour regagner sa maison. Ce qui devait arriver arrive : à peine sur le chemin du retour, le professeur est pris dans une embuscade. Il tente de se dégager des gros bras qui se jettent sur lui, mais c’est peine perdue, et en deux temps trois mouvements, le voilà neutralisé, un sac lui masquant la vue. L’affaire ne semble pas simple… l’équipe de malfrats n’était pas embusquée pour procéder à un larcin ordinaire… ils attendaient le professeur en personne…. Sixties comprend très vite que les Fédéraux ne vont pas se précipiter pour retrouver un homme qui certes a disparu, mais qui après tout est majeur et vacciné. Elle décide de faire appel à Kick Vicious, un « libéré conditionnel » devenu, pour un temps, enquêteur privé. L’enjeu est bien évidemment le fruit des recherches effectuées par le professeur. Rivaux et traîtres de la dernière heure voudraient que Sanborn passe aux aveux.

Ce polar qui oscille entre réalisme (dans le langage « argot » des personnages) et futuriste (dans des détails tels que des êtres mi-hommes, mi-reptiles, des voitures volantes, des moyens de communication ou de pression comme la télépathie) n’a pas encore vraiment trouvé ses marques. Les personnages ont un peu tendance à se ressembler physiquement et même à être habillés de la même manière, ce qui ne rend pas la compréhension très facile… Tout cela donne un album assez confus, même si l’on est prévenu que l’affaire est « aussi claire que du marc de café ». Souhaitons que les prochaines missions de Kick Vicious se déroulent dans une plus grande clarté et que se dégage du héros lui-même plus d’épaisseur psychologique et de tempérament.