PARTAGER
5
sur 5

La troisième saison de Girls fut la première à s’achever sur de semblants de cliffhanger. Au programme pour la suite : une profonde remise en question de la relation Hannah/Adam qui porte la série depuis ses débuts et un changement de décor (un départ en Iowa pour Hannah qui y suivrait un cursus d’écriture créative) aussi intriguant que risqué. Du côté des personnages secondaires, rien de mémorable sorti de pistes que la série prendrait ou non le choix d’explorer. A l’issue de ces dix nouveaux épisodes, force est de constater qu’une page de la série s’est tournée et que cette saison quatre est assurément celle de la maturité. La saison des choix de vie et du prix à payer pour chacun d’entre eux.

Si peu d’épisodes ressortent vraiment, la saison prise dans son ensemble se distingue par sa construction plus précise et claire que les précédentes. Là où les premières saisons saisissaient le zeitgest de l’errance existentielle d’Hannah et consorts pour qui la chanson Not A Girl, Not Yet A Woman de Britney Spears n’aurait jamais été plus à propos, cette saison est celle du passage effectif à l’âge adulte. Clairement divisée en courts arcs bien délimités, le carburant narratif de cette saison est particulièrement inflammable puisque cette année, il se passe des choses dans Girls et ces choses ont de véritables et profondes conséquences sur le propos de la série. Malgré la complaisance de son entourage, un contrat en édition et des projets plein la tête, c’est dans ce plat et verdoyant état de l’Iowa que Hannah commence à se remettre en question pour arriver à la réalisation que ce qu’elle a vécu jusqu’alors (humainement, artistiquement et sentimentalement) ne la contente pas. Cela fera toujours partie d’elle et de son livre de vie mais ce n’est pas ce qui la définit en tant qu’être humain. Plus que jamais, Girls ose se faire très littéraire et anti-spectaculaire dans ce qu’elle raconte, et la série peut parfois faire penser à Mad Men dans son étude sensible de la psyché d’une génération et de son époque.

A côté de ça, Girls poursuit sa chronique de ce groupe hétéroclite dont l’amitié n’a jamais été plus circonstancielle qu’ancrée dans une véritable camaraderie. La série n’a jamais été inspirée par Les Goonies, et nous signale clairement qu’elle n’est pas prête de le devenir. Elle n’hésite pas à être méchante dans le regard qu’elle a sur ses personnages. A la moindre tirade féministe de Hannah, son entourage roule de grands yeux quand elle ne se ridiculise pas déjà toute seule. Marnie et Desi font le genre de concerts/showcases où il y a autant de monde sur scène que dans le public, se persuadent d’être les nouveaux Cocoon malgré tout et se fiancent dans une transe très adolescente. A l’inverse, Ray, ce personnage génial d’adulescent, décide lui aussi de changer sa vie et entre en politique dans une sous-intrigue qui est de loin ce que la série a proposé de plus drôle depuis ses débuts. Shoshanna, plus terre à terre, est en pleine recherche d’un premier emploi et réalise le fantasme de tout un tas de jeunes diplômés alors qu’elle enchaîne les entretiens et se permet, fidèle à elle même, de recaler les recruteurs. Chaque personnage est dans sa bulle, dans son délire et dans sa volonté de vivre les choses à sa manière. La leçon a retenir de tout cela ? Ne comptez sur personne, faites votre vie, avancez, ne stagnez pas et surtout ne vous contentez jamais de peu si vous attendez plus de la vie. A l’heure où la génération Y se complaît dans le fatalisme et une philosophie no future, le propos de la série est comme à son accoutumée aussi agressif que réaliste dans sa volonté de ne pas caresser la jeunesse dans le sens du poil et encore moins de la fétichiser. Cela devrait être évident, mais Dunham nous rappelle que la jeunesse est l’âge des expériences ratées, des échecs et des vies mises entre parenthèses. En témoigne la sous-intrigue du père d’Hannah qui fait une gentille petite rature sur sa vie dans le “déni” grâce à son coming out. Malgré tout, le message reste positif : il n’est jamais trop tard pour être la personne que vous êtes vraiment.

A la faveur d’un flashforward montrant Hannah au bras de son collègue Fran, Girls confirme dans les ultimes instants de cette quatrième saison que la série passe à autre chose. Le passage à l’âge adulte a pris du temps mais on y est : Hannah a un job stable qui lui plaît et une relation stable avec un mec stable apparemment pas adepte des mindfucks, soit tout l’inverse de ce qu’elle a pu vivre avec Adam ou de ses rêves d’écriture depuis le début de la série. Une page se tourne, une histoire s’achève et d’autres commencent. Sans forcer, Girls s’impose définitivement non pas comme la voix de notre génération mais comme une série d’instantanés, d’histoires et de trajectoires en faisant le portrait juste, parfois cruel mais toujours honnête.

  • Rose

    Mauvaise photo pour cet article. Dommage.