5
sur 5

Voici l’album de Wes Montgomery qu’il faut à ceux qui ont pu se demander pourquoi il fut l’objet d’une telle vénération durant la courte période où il fut célèbre, pour ceux qui n’ont pas toujours bien su pourquoi des guitaristes aussi divers que Pat Metheny, Pat Martino, George Benson et Jim Hall chantent ses louanges. Enregistré live dans un petit club en compagnie de la rythmique de l’époque de Miles Davis -Wynton Kelly, Paul Chambers et Jimmy Cobb- et du ténor Johnny Griffin, cet album se démarque résolument des enregistrements surproduits avec cordes qu’il sortira plus tard. Wes atteint ici des sommets, particulièrement dans l’hymne bop Blue and boogie et le thème latin Cariba. Ses solos augmentent d’intensité l’un après l’autre. Il commence souvent par des notes seules, puis joue en octaves, avant de construire un chorus ou deux en block chords. Tout ça dans un swing d’enfer.
Des enregistrements live comme celui-ci permettent de plus longs morceaux, donnant aussi l’occasion à Wynton Kelly et Johnny Griffin de se faire entendre longuement. Ils jouent tous les deux superbement et Johnny Griffin met le public en délire par son long solo sur Blue and boogie. Cet album n’a pas pris une ride. Il est digne de figurer dans toute discothèque jazz de base.

1) Full house (Montgomery) – 2) I’ve grown accustomed to her face (Lerner and Loewe) – 3) Blue ‘n boogie (Dizzy Gillespie) – 4) Cariba (Montgomery) – 5) Come rain or come shine (take 2) (Mercer and Arlen) – 6) Come rain or come shine (take 1) – 7) S.O.S. (take 3) (Montgomery) – 8) S.O.S. (take 2) – 9) Born to be blue (Torme and Wells)

Wes Montgomery (g), Johnny Griffin (ts), Wynton Kelly (p), Paul Chambers (b), Jimmy Cobb (d)
Enregistré en 1962 à Berkeley, Californie

PARTAGER
Article précédentGaston Chaissac
Prochain articleConte d’Automne