3
sur 5

Les Allemands de To Rococo Rot sont décidément prolifiques. La bande du sieur Schneider est sans cesse sur de projets de remixes, sur des collaborations, des singles, quand ce n’est pas un mini-album comme ici. TRRD (pour To Rococo Rot + D) ravira les amateurs de beats cybernétiques voire sibériens. Comme à l’habitude chez To Rococo Rot, chaque chose à sa place. Mais les agencements étonnants de rigueur laissent cependant percer certaines plages de respiration, et même des mélodies ! Ce n’est pas toujours le cas pour ce type de musique : on a vu pas mal d’artistes s’enfermer dans une techno froide et désincarnée, frôler le vide absolu au risque d’emmerder ferme l’auditeur. Ici, ce n’est pas le cas.
Bien sûr, les générateurs de sons auront toujours le dernier mot, mais sur les six titres qui composent TRRD, pas de place pour l’ennui. Le soin extrême apporté à chaque séquence ne fait pas oublier un seul instant que c’est avant tout de la musique et pas un pur exercice de style. Et si l’auditeur n’était pas assez attentif, des perturbations, des imperfections viennent avec malice se glisser au milieu du bel ordonnancement pour lui rappeler qu’on n’est pas à un congrès de viande froide dans un semi-remorque réfrigéré. Maintenant, vous voila préparés à affronter les glaces brûlantes de To Rococo Rot

PARTAGER
Article précédentBonga – Angola 72-74
Prochain articlePsycho