5
sur 5

Il arrive que, parmi ceux qui ont écouté Lennie Tristano, certains soient rebutés par sa rigueur, sa virtuosité technique, et par l’apparente froideur d’une musique qui, bien qu’ayant la structure du jazz, est jugée trop éloignée de son âme et de ses racines noires. Pourtant, Tristano est un géant et, pour s’en rendre compte, il suffit d’entendre la seconde partie de cet album qui reprend une série d’enregistrements effectués en compagnie de son élève Lee Konitz au restaurant Confucius, un des rares endroits avec le Half Note où le piano lui convenait assez pour qu’il accepte de s’y produire.
Par contre, en ce qui concerne les quatre premières plages, c’est une autre histoire. Tristano, en solo ou avec l’aide d’une rythmique préenregistrée et dont le rôle est ici réduit à celui de métronome, y met en application ses idées singulières en matière de recherche musicale. Line up et East thirty-second par exemple, sur lesquels la bande avec le piano a été ajustée mécaniquement sur la rythmique préparée antérieurement, et au besoin accélérée afin d’obtenir une dynamique et un timbre désincarnés, sont en accord avec une esthétique d’où l’on a voulu gommer toute émotion superflue. Ou alors le fameux Requiem, qui doit également à la magie du multi-pistes, et qui est sans doute le sommet de son art, entre prélude et blues, et peut-être l’influence première de Bill Evans et de son Conversations with myself. Tristano a fait école et à l’écoute de ces neuf titres, on peut comprendre pourquoi. On peut maintenant s’interroger sur la qualité de cette réédition en digipack : une erreur dans la numérotation des plages, dates et lieux d’enregistrement imprécis, la reproduction intégrale des notes de pochette originales mais rien de plus, et aucune prise alternative alors que l’édition précédente en compact, qui compilait en fait deux albums (Lennie Tristano et The new Tristano) et offrait donc au total 15 titres au lieu de 9, est en principe toujours disponible à un prix similaire. Rassurez-vous, le son, lui, est correct !

1) Line up (Lennie Tristano) – 2) Requiem (Lennie Tristano) – 3) Turkish mambo (Lennie Tristano) – 4) East thirty-second (Lennie Tristano) – 5) These foolish things (Link, Strachey & Marvell) – 6) You go to my head (J. K. Coots) – 7) If I had you (Shapiro, Campbell & Connelly) – 8) Ghost of a chance (Crosby, Washington & Young) – 9) All the things you are (Kern & Hammerstein)

2 – 3 : Lennie Tristano (p), enregistrements en studio, 1955. 1 – 4 : Lennie Tristano (p), Peter Ind (b), Jeff Morton (dr), enregistrements en studio, 1955. 5 – 9 : Lennie Tristano (p), Lee Konitz (as), Gene Ramey (b), Art Taylor (dr), enregistrements en public au restaurant Confucius, New York, 6 novembre 1955

PARTAGER
Article précédentGaston Chaissac
Prochain articleConte d’Automne