PARTAGER
5
sur 5

Scène de final dans une rave française, ambiance recueillie en plein after. Deux mille personnes sous l’emprise d’un « Maître de musique », de culture bouddhiste, qui délie un flot de prières censées apporter sérénité et bien-être. Le cliché est évocateur des premières expériences en public du Lama Gyurme dans l’Hexagone. Expériences demeurées sans suite à cause de l’incompréhension régnant dans ces lieux entre le public et le discours spirituel que l’artiste souhaitait lui apporter. Né dans les années 40 dans le royaume du Bhoutan, Gyurme est héritier d’une tradition kagyupa (« mot transmis ») du 3e ordre monastique du Tibet. Il partage aujourd’hui sa vie entre Kagyu Dzong à Paris et Vajradhara Ling en Normandie, les deux centres spirituels qu’il dirige.

Ses incantations gutturales distillent un fort sentiment de paix et de générosité, qu’une de ses disciples s’est chargée de communiquer au pianiste Jean-Philippe Rykiel, complice connu de Salif Keïta, Youssou N’dour, Leonard Cohen et Jon Hassell, pour qui la musique est d’abord synonyme d’échange. Il n’en fallait pas plus pour les amener à se rencontrer. Un premier disque en découle (Souhaits pour l’éveil, sorti chez Sony Classique en 1994). Il sera disque d’or en Espagne. Et voici qu’arrive la seconde phase de leur collaboration sous la bénédiction de Peter Gabriel. Vajra chants aurait pu sonner comme un exercice de style. Mais Rykiel a su éviter les arrangements trop sophistiqués, aléatoires quant au rendu. Il s’est instauré entre les deux personnalités une sorte de confiance mutuelle, réglée sur le principe d’un échange sincère entre le doigté de l’un et la voix de l’autre. Psalmodies et accompagnement se veulent aériens, sans surcharge. Les nappes de clavier mettent en valeur les bénédictions du Lama. Musique de guérison, mystique de la libération de l’individu, purification de l’être : les mantras diffusent en boucles l’esprit de la douceur dans toutes les latitudes du cerveau mélomane. Excellent pour les nerfs, l’album est une véritable offrande aux dieux de la musique. Merci.