5
sur 5

Pour le bassiste hollandais Joris Teepe, la scène locale, dont il compare la branche la plus free à un théâtre de l’absurde, apparaît très vite comme trop étroite. Séduit par les musiciens américains de passage, il s’envole dès 1992 pour New York où il aura la chance d’apprendre avec Ron Carter, de jouer et d’enregistrer avec Don Braden, et de participer à la création de ce jazz moderne nourri de tradition qu’il affectionne.
Ce troisième disque commence par un hommage au trompettiste Randy Brecker avec la reprise de son fameux Some skunk funk, composé dans les années 70 et arrangé ici en version jazz, mais dont la mélodie n’est pas assez forte pour s’imposer. Heureusement, ce départ, s’il laisse sur une impression mitigée, ne saurait occulter les huit autres morceaux qui planent à une et parfois deux octaves au dessus. Josine et Seven days a week, deux compositions de Teepe, ont des harmonies riches qui ne sont pas sans rappeler la période Blue Note d’Herbie Hancock et les deux solistes de luxe, Brecker et Chris Potter, y trouvent toute la place pour étendre leurs ailes. Four of a kind, joué en trio et conçu pour le pianiste James Williams, est un bol d’oxygène bienfaisant ; le standard Cherokee surprend par son arrangement original ; et Porto Alegre, structuré en une série de trois duos, permet de se faire une idée du talent de Potter, le nouveau Sherpa du jazz (il monte, il monte !) qui souffle ici dans une clarinette basse.
Quant au leader, en plus d’être l’armature de ce brillant édifice, il se prend quelques beaux solos et, sur les rythmes brésiliens d’Então ta Brasil, fait gronder sa basse jusque dans le registre des instruments à vent. Si Joris Teepe, qui déclare se consacrer à la musique sept jours par semaine, a voulu démontrer à la fois son attachement à un certain classicisme et son ouverture aux formes nouvelles, alors, cet album est réussi : il rassure tout en portant l’ivresse.

1) Some skunk funk (R. Brecker) – 2) Porto Alegre (J. Teepe) – 3) Seven steps to heaven (M. Davis, V.S. Feldman) – 4) Cherokee (R. Noble) – 5) Seven days a week (J. Teepe) – 6) Josine (J. Teepe) – 7) Então ta Brasil (J. Teepe) – 8) Four of a kind (J. Teepe) – 9) Joriscope (J. Teepe)

Joris Teepe (ac b, el b), Randy Brecker (tp, bugle), Chris Potter (ts, ss, b cl), Kevin Hays (p, claviers), James Williams (p), Tony Reedus (dr). Enregistré à Acoustic Music Recordings, Brooklyn, New York, les 13 et 16 mars 1998

PARTAGER
Article précédentGaston Chaissac
Prochain articleConte d’Automne