3
sur 5

Ce n’est pas à son âge que notre idiot savant d’outre-Quiévrain favori va se mettre à changer radicalement, soigner sa façade ou se payer un lifting techno, histoire de tenter de se gagner un nouveau public. Même si, pour Arno, enregistrer un album est en soi un geste commercial, pas question pour lui de se montrer autrement qu’à poil. Nature, les tripes sur la table, l’haleine chargée, comme ça sort. A prendre ou à laisser. Et tant pis pour les délicats de service.
Artiste de l’impur, l’homme d’Ostende mélange comme à son habitude le français et l’anglais, le rock dézingué et le funk déconstruit, les ballades abracadabrantes et des relents balkaniques d’accordéon et de clarinette, les confessions -faussement ?- impudiques et les rodomontades, l’ironie et la nostalgie. La phrase clé de ce A Poil commercial pourrait bien être le « Je suis triste et gai à la fois » lâché sur Mon anniversaire, l’un des sommets du disque, avec Ronde et belle, et ses vaches qui dansent le twist, et Tatouages du passé.

Une fois n’est pas coutume, c’est sur l’exercice de la reprise, qu’il maîtrise pourtant bien d’habitude -voir ses relectures de Brel, d’Adamo ou, récemment, de Dutronc accouplé à Bowie en duo avec Beverly Jo Scott- que notre European cowboy trébuche quelque peu. Ce n’est pas que sa version titubante du Sous ton balcon de Claude Nougaro soit catastrophique, non, mais la chanson semble coller presque trop bien avec son image publique réductrice de soiffard sympathique et allumé. Le piège de l’auto-parodie, écarté ailleurs, manque de se refermer là sur le Flamand rosse, qui déchaîne sa verve vengeresse sur toutes les « flop stars » de la création dans J’ai un problème.
Cette petite réserve n’empêche pas cet album de figurer parmi les plus réussis de l’ex-leader de TC Matic, sinon les plus évidents. Tant que cet authentique original continuera à s’épancher de façon aussi sincère, en se passant les cordes vocales au papier de verre (ou le gosier au houblon, au vin et à la nicotine), il y aura toujours des oreilles pour s’en réjouir.

PARTAGER
Article précédentNahawa Doumbia – Yaala
Prochain articleFiona