Alors que Télestore (Chez.com) vient de s’offrir le moteur Ecila dans le but de fonder une communauté d’utilisateurs, Mygale et The (virtual) Baguette fusionnent dans la même intention. Le 4 novembre prochain, MultiMania, nom du site et de la nouvelle société commune, ouvre ses pages aux internautes. Le fondateur de Mygale, Frédéric Cirera, haut défenseur de l’Internet francophone indépendant et gratuit, en devient le directeur technique. C’est Michel Meyer, responsable de la société éditrice de The VB, qui en sera le directeur général. Objectif : créer une gigantesque communauté d’internautes pour faire de MultiMania, à terme, l’une des cinq plus fortes audiences francophones sur la Toile. Entretien avec le patron…


Chronic’art : Que signifie cette fusion et pourquoi la concrétiser aujourd’hui ?

Michel Meyer : Depuis avril 95, The (virtual) Baguette a su séduire une large communauté d’internautes francophones. Au delà du contenu, c’est surtout les chat room, cette possibilité donnée aux membres de dialoguer en direct qui constitue aujourd’hui notre savoir-faire. Avec Mygale, Frédéric Cirera a su lui aussi, d’une autre façon, réunir et fidéliser un grand nombre de connectés.
Dans les deux cas, il s’agit de fédérer les utilisateurs qui se retrouvent dans une même communauté d’esprit. Un esprit d’entraide, d’échange et de gratuité. En fusionnant, nous apportons chacun nos spécificités pour poursuivre l’objectif : l’éditorial et le chat pour VB, l’hébergement et un savoir technique pour Mygale.
MultiMania est créé aujourd’hui car nous entrons sans aucun doute dans la deuxième phase de l’Internet francophone. Avec 3 millions de connectés, le réseau devient un média de masse, qui compte en plus une particularité intéressante, nouvelle : l’interactivité.

Nombreux sont les utilisateurs, et en particulier ceux qui découvrent la Toile aujourd’hui, qui ne voient en l’Internet qu’une immense bibliothèque, qu’une gigantesque source d’information. Croyez-vous que l’échange et la discussion online puissent les intéresser ?

Bien entendu. Sur Internet, on ne fait pas que surfer. Le dialogue et l’échange sont des notions propres au support que seuls semblent intégrer pleinement les pionniers du réseau. Je suis intimement persuadé que cet état d’esprit peut prendre de l’ampleur. MultiMania servira à ça. Nous devrions avoir les moyens dans cette configuration de redonner un second souffle à l’entraide, aussi bien aux néophytes qu’aux autres.

Venons-en au concret. Le 4 novembre, MultiMania sera en ligne. Qu’y trouvera-t-on de plus que chez Mygale et The (virtual) Baguette ?

Un service d’hébergement gratuit de pages Web, de 12 à 20 Mo (anciennement de 10 à 20 Mo chez Mygale, ndlr), un service de chat évolué et un contenu régulièrement réactualisé.

De quel type de contenu s’agira-t-il ?

Ce sera un contenu davantage tourné vers l’animation. Nous allons guider les membres de la communauté, les aider à utiliser au mieux nos services et à devenir acteurs du réseau.

Finalement, en quoi MultiMania sera-t-il différent de ce que proposent aujourd’hui les plus grands fournisseurs d’accès, si ce n’est que vous ne proposerez justement pas d’accès au réseau ?

Il y deux différences majeures. Avant tout, MultiMania est un état d’esprit : celui de l’indépendance, de l’entraide et de la gratuité. Des valeurs pour nous fondamentales qu’il est grand temps de sauver et de mettre en avant aujourd’hui, alors que le médium prend significativement de l’ampleur. Les nouveaux connectés et tous ceux qui vont nous rejoindre prochainement ne sont pas familiers avec ces notions, car on ne leur a jamais présenté l’Internet sous cet angle. Lorsqu’ils se connectent aujourd’hui, ce n’est malheureusement pas non plus ce qu’ils retiennent du cybermonde.
Deuxième point, MultiMania est totalement indépendant des fournisseurs d’accès. Nous ne dépendons d’aucun groupe et, par conséquent, nous sommes libres de faire comme nous l’entendons, sans devoir mettre en avant, par obligation commerciale, tel contenu, tel service ou tel partenariat.

Mais vous ne proposez pas directement d’accès à l’Internet ?

C’est une question de moyens techniques et financiers, il nous est impossible actuellement de proposer ce service. Evidemment, ce serait l’idéal… Pour l’heure, disons que ce n’est probablement pas nécessaire.

Allez-vous, comme tout le monde, créer un portail ? Peut-être est-ce une bonne manière de mettre enfin en avant le contenu des mygaliens ?

Honnêtement, le portail à beau être à la mode, ça ne nous intéresse pas. On part plutôt du principe que l’internaute n’a pas besoin de ça pour trouver l’information qui l’intéresse, bien au contraire… Ceci dit, il est vrai que, dans cette optique d’animation, nous allons faire la part belle aux sites des membres et pointer régulièrement vers des contenus qui valent la peine d’être découverts.

Comment comptez-vous rentabiliser et faire vivre MultiMania ? Quel modèle économique allez-vous mettre en place ?

Avec environ 7 millions de pages par mois, MultiMania sera l’un des dix plus importants sites français en termes d’audience (source Carat Multimédia, septembre 1998, ndlr). Inutile de vous signaler que nous compterons particulièrement sur la publicité.
Plus tard, nous nous dirigerons vers le commerce électronique…

Pardon ?

Oui, seulement il ne s’agira pas de créer notre propre galerie marchande, mais de passer des accords avec des distributeurs et des boutiques online pour proposer des promotions aux membres de MultiMania. Un service en plus ! Pas gratuit je vous l’accorde, mais à des tarifs préférentiels…

Que devient l’accord passé entre The VB et Club-Internet dans MultiMania ?

L’accord a été interrompu à l’amiable. Club-Internet se concentre sur son métier de provider et s’appuie sur le groupe Hachette pour les contenus, l’accord ne nous paraissait donc plus opportun. MultiMania, comme The (virtual) Baguette ou Mygale sont totalement indépendants de tout groupe institutionnel.

Les sociétés de capital risque Sofinnova et FD5 vous appuient en portant le capital de MultiMania à 10,5 millions de francs. Qu’attendent-elles de vous et vous laissent-elles carte blanche ?

Un équilibre s’est mis en place. Les investisseurs attendent que nous remplissions certains objectifs de « bonne gestion » de la société et donc du capital financier qu’ils y ont investi. A ce titre, ils participent à certains choix stratégiques. Mais c’est le management de MultiMania, sous ma direction, qui a l’entière responsabilité du développement du site.

Il ne vous reste que quelques jours avant l’ouverture du site prévue le 4 novembre. Combien de personnes travaillent sur sa réalisation ?

Il y a 3 graphistes, 6 techniciens et 4 personnes responsables du contenu. L’équipe de Mygale a rejoint l’équipe de The VB.

Que vont devenir Mygale et The (virtual) Baguette ?

Toutes les pages Web de Mygale* (soit 42 194 sites, ndlr) sont rapatriées sur MultiMania. Les URL vont changer, mais on pourra également se rendre sur n’importe quelle page avec l’ancienne adresse. Quand à The VB (environ 60 000 souscritpeurs, ndlr), elle continue d’exister, d’être un site de discussions en direct, d’humour et de divertissement. Les services de chat migrent sur MultiMania, mais on pourra toujours y accéder à partir de The VB.

Propos recueillis par

* Pour des raisons juridiques (dépôt abusif de la marque par un concurrent), le nom Mygale n’a pas pu être conservé.

Qu’est-ce que The (virtual) Baguette ?
The (virtual) Baguette, édité par MultiMania Productions, est un site de discussions en direct, d’humour et de divertissement qui a vu le jour en avril 1995. En passant des accords de partenariat, notamment avec le Club-Internet de Grolier. Avec 60 000 membres, le site a connu un beau succès d’audience. Il a également reçu un Milia d’or en février 98 à Cannes dans la catégorie « Loisirs ».

Qu’est-ce que Mygale ?
Mygale, produit par la société Aspic, est un serveur Web ouvert aux particuliers et aux associations à but non lucratif sur lequel les internautes disposent d’un espace disque pour héberger gratuitement leurs pages Web. Le plus célèbre des hébergeurs français de sites Web gratuits, devenu mythique dans l’histoire de l’Internet francophone, a été fondé par Frédéric Cirera en 1996. Mygale est le premier site français à avoir proposé de l’hébergement et une adresse e-mail gratuits. Aujourd’hui, Mygale héberge plus de 40 000 sites.

Le communiqué

PARTAGER
Article précédentPar coeur
Prochain articleMary à tout prix