PARTAGER
4
sur 5

Tous ceux qui ont découvert l’iconoclaste Kevin Smith en 94 avec Clerks ne peuvent manquer sous aucun prétexte Méprise multiple. Un film présenté comme le 3ème volet de sa trilogie du New Jersey sur « Deux mecs qui glandent ». Une trilogie dont le 2ème épisode est malheureusement encore inédit en France. Il faut dire qu’après l’accueil critique très chaleureux réservé à Clerks, Mallrats, une comédie adolescente, a récolté une volée de bois vert lors de sa sortie aux États-Unis.

En attendant une hypothétique sortie en vidéo, ne boudons pas notre plaisir et découvrons l’excellent Méprise multiple, où l’on retrouve incontestablement la verve de son auteur et ses dialogues à l’emporte pièce. Fort heureusement, ce n’est pas tout. Ce que l’on perd un peu en humour vachard et cynique, on le gagne en émotion, car Méprise multiple est aussi, et surtout, un formidable film sur l’amour et l’amitié.

Holden McNeil et son meilleur ami, Banky Edwards, sont les heureux auteurs d’une bande dessinée à succès. Lors d’un salon de la BD, ils rencontrent une consœur, la jolie et sexy Alyssa Jones.

Holden très attiré par la jeune femme rencontre un problème de taille : la jeune femme, homosexuelle, n’accepte que son amitié. Jusqu’au jour où… Je vous laisse le plaisir de découvrir la suite des aventures de ce trio amoureux.

Méprise multiple où la confusion des sentiments… Mais rassurez vous, ici il n’y à pas de confessions dopées à l’émotion façon Bas les masques (quoique la scène d’explication finale vaille son pesant de Mireille Dumas, en beaucoup plus drôle !). Ces variations autour d’un même thème (chères à Gainsbourg) sont abordées de front, mais toujours avec le sourire par Kevin Smith. L’amour, l’amitié et bien-sûr le sexe sont traités de manière totalement débridée. Ce n’est pas pour rien que Méprise multiple est un jeu de mots sur la sexualité desinhibée de son héroïne.

La vraie surprise par rapport au premier film du réalisateur (et selon la rumeur, à son second), c’est l’entrée remarquée de l’émotion dans son univers léger et plutôt délirant. Plusieurs scènes sont à ce titre exemplaires, dont la déclaration d’amour d’Holden à Alyssa, et la formidable scène d’explication finale, grand déballage intime ou chacun se révèle aux deux autres.

Impossible de conclure sans dire un mot des comédiens, épatants, qui font de ce film une véritable réussite. A noter que les trois interprètes principaux faisaient déjà partie de l’aventure Mallrats. Kevin Smith dit d’ailleurs de ce film qu’il était une formidable séance de casting à six millions de dollars.

Les deux copains du film sont interprétés fort justement par Ben Haffleck et Jason Lee. Sous une apparence futile, ils incarnent bien plus que l’hétéro et le rigolo du script original. Quant à la véritable révélation du film, retenez son nom : Joey Lauren Adams dans le rôle d’Alyssa. Exceptionnelle !

Réjouissons-nous de découvrir un auteur original avec qui il faudra désormais compter.

PARTAGER
Article précédentAphex Twin – Come to daddy
Prochain articleRiven